mercredi 17 mars 2010

Brodeuse d'histoires


Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Rainy Day - 2002

Anna Torma est une artiste d'origine hongroise née en 1952, émigrée au Canada depuis 1988.
Son interêt et sa fascination pour le textile remontent à son enfance hongroise, mères et grand-mères initiaient très tôt les petites filles à l'art de pousser l'aiguille, c'est ainsi qu'Anna elle-même est entrée dans l'univers de la broderie et de la couture.

Ses études en Arts Textiles et Design à l'Académie Hongroise des Arts Appliqués de Budapest, de 1974 à 1979, ont coïncidé avec la révolution textile des années 1970 et la popularité grandissante d'oeuvres d'artistes étrangers. À cette époque, le textile s'éloignait peu à peu de ce qu'il avait incarné jusqu'alors, art populaire ou passe-temps domestique. Dans la mesure où cette orientation particulière n'était pas encore considérée officiellement comme un des beaux-arts, elle permettait aux artistes hongrois une très grande liberté créative, puisqu'ils n'étaient pas aussi étroitement surveillés par le gouvernement que pouvaient l'être ceux qui créaient sur d'autres supports.
Des pièces furent tissées ou cousues dans des formes abstraites, installations polymorphes et travaux conceptuels, une manière d'aborder les arts textiles qui n'avait encore jamais été envisagée.

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Flora - 2008

Les structures textiles d'Anna Torma intègrent de nombreuses techniques telles que broderie, patchwork, appliqué, quilting et feutrage.
D'abord, elle assemble une base de patchworks souvent composée de tissus mis au rebut, morceaux de vieux vêtements, ensuite elle se met à produire des dessins brodés sur cette surface ainsi apprêtée.
Son but, dit-elle, est de créer un travail innovant à partir d'agencements textiles, en abordant les concepts de féminité, de domesticité et de l'origine ethnique.
Dans certaines de ses oeuvres, ses broderies d'images et de textes reprennent des extraits des carnets de ses enfants, cartographiant ainsi la progression de leurs apprentissages.
D'autres sont des compositions de morceaux de gaze cousus ensemble et parés de motifs floraux découpés dans des textiles hongrois.
Cet emprunt d'images et ces assemblages lui permettent d'insufler ses expériences personnelles et sa spiritualité et de les mettre en parallèle avec celles d'autres artistes.

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Playground I - 2002

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Lace - 2008

Ses travaux sont amples, complexes et intimes, ludiques et parfois troublants.
Chacun est comme un lieu de mémoire où l'on se perd à rêver en remontant le fil de son histoire, celle qu'elle a partagé avec ses enfants, retracée à travers leurs images et leurs récits, celle de la maternité et de l'amour inconditionnel, images de seins nourriciers, évocation d'une mère attentive et consolatrice, abreuvée à la source d'un imaginaire fantastique, entre monstres et héros.
Ses oeuvres sont réalisées avec un soin et un sens du détail et des textures, une expérience du mouvement de la maille et de l'émotion de la pièce, qui démentent leur aspect enfantin.
Magnifiques courtepointes, illustrées de graphismes fascinants et savamment désordonnés, aux bordures minces et déformées ainsi que l'étaient les courtepointes anciennes telles qu'on les faisait pour les lits d'hôpitaux à partir de tissus de vieilles chemises, modèles parfois complexes, mêlant les techniques, les matériaux et les réfèrences culturelles, son travail fait d'elle une artiste reconnue, participant à de nombreuses conférences internationales sur l'art textile.
Actuellement elle enseigne son savoir-faire au Centre d'Art de Burlington aux USA.

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Playground II - 2002

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Playground III - 2002

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Serenade - 2006

7 commentaires:

Sonja♥ a dit…

Fabuleux mélange de styles!!! Tantôt chargé et très coloré, tantôt à la "Miró"!!
J'aime beaucoup (surtout son Flora:)

clothogancho a dit…

récupération d'une mémoire, bien sûr,et tapisserie de Bayeux mariée à du Townbly à l'aiguille, c'est assez émouvant. Il y a quelque chose de flottant, d'errant, qui, justement, ne sent pas le terroir (cela n'enlève rien à la splendeur de la broderie traditionnelle hongroise), une constante remise en question, un renouvellement permanent.

Minie a dit…

Oui, tout à fait Clotho, le rapprochement avec Twonbly est incontestable ! Chemins effrénés, paysages poétiques et narratifs.
Merci pour ce rapprochement qui ouvre d'autres perspectives...

Marie-Es a dit…

je découvre ton blog par hasard (en tapant kusterle), j'aime beaucoup, je reviendrai !

Colline a dit…

Moi aussi je découvre ton blog en recherchant Roberto Kusterle! Je suis ravie! A très bientôt!

isabelle a dit…

Etonnant travail ...

crazypatch a dit…

j'adore ce que fait cette artiste. merci de partager toutes ces merveilles.

 
[]