lundi 23 novembre 2009

Archi pelle


Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Après avoir suivi une formation en soudure, complètée successivement par un BFA (Bachelor's degrees in Fine Art) au Nova Scotia College of Art and Design et un MFA (Master of Fine Arts) au Purchase College de New York, Cal Lane présente depuis 2001 sa production artistique dans nombre d’expositions individuelles et collectives au Canada, aux États-Unis et en Europe.
Aimant travailler en se faisant l'avocat d'un diable visuel, elle utilise la contradiction comme moteur pour trouver sa voie vers une image "empathétique", propre à figurer l'opposition entre équilibres et affrontements, juxtaposant les symboles forts des actuels conflits qui divisent l’Occident et le Moyen-Orient : la crise pétrolière, ainsi que les enjeux en découlant et la fin potentielle des énergies fossiles dans un proche avenir, et l’American way of life...
Tout cela se traduit au travers d'une série de dentelles au chalumeau réalisées sur des outils et de vieux supports industriels qu'elle perce de motifs floraux, d’icônes religieuses, voir même de positions du Kâma-Sûtra. Poutrelles, barils de pétrole et réservoirs d’huile, pelles et brouettes, boîtes de conserve, bidons d’essence... prennent une dimmension particulière, associant vie industrielle et vie domestique, se basant sur des rapports antagonistes tels que forts et fin, masculin et féminin, esprit pratique et frivolité, ornementation et fonctionnalité.

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtreCliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Bien que donnant un sens politique à ses oeuvres, ce qui selon Cal Lane est la conséquence de vivre en temps de guerre, celles-ci n'en restent pas moins oniriques et -comme toute oeuvre d'art- détachées du fonctionnel.

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Inutilisables ? Pourquoi rester confiné dans un objet purement esthétique et symbolique !
Je leur imagine quant à moi quelques usages pour le moins fantasques...
Indispensables pelles à nuages ou, à l'instar de ces petites pelles à sucre vues chez mes grand-mères, l'instrument idéal pour saupoudrer de neige la nature en hiver.
On les devine parfaites pour ramasser, l'automne venu, de ces guipures façonnées par le vent ou revisitées par les doigts magiques d'une fée de passage...

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
... ou jouer à la pelle et l'ablette, un divertissement qui -outre Madame Leprince de Beaumont- eût séduit Gabriel Lecouvreur soi même, héros incontournable de Ouarzazate et mourir.
Ou encore faire office de pelle-mails, fabuleux et indispensable pour ramasser les lettres mortes.

15 commentaires:

clothogancho a dit…

alors là, il doit y avoir un vrai pb avec ton blog : j'ai ouvert tous les jours, et ça restait bloqué sur la page du 2 novembre ! TOUS les jours. Quelqu'un peut-il m'expliquer cela ?
Tu reviens donc sur la pointe des pieds, ciselant tes découvertes, légère et aérienne, discrète, éphémère, prête à filter les nuages.
Les petites pelles à sucre, comme tu dis, étaient faites pour saupoudrer la chose sur l'absinthe... du temps où l'on en buvait comme on buvait de l'eau ... et l'un c'était Verlaine, l'autre c'était Rimbaud...

Minie a dit…

Oui bien sûr, Verlaine et Rimbaud. Mais non, mes grand-mères se contentaient de thé, sauf qu'elles devaient aussi aimer sucrer les fraises... avec ce tremblement si seyant qui permet de bien répartir l'exquise poudre blanche sur les rondeurs rubescentes des petits fruits savoureux tout frais remontés du jardin.
Et oui, mon blog a des ratés, telle une vieille guimbarde. Il va et vient dans une sorte d'invisibilité intermittente et incontrôlable...

Minie a dit…

Et tu vois, là le compteur affiche 0 commentaires alors qu'il y en a deux ! Diabolique...

Minie a dit…

Enfin 1 avec le précédent, et 2 avec celui-ci !
Et commentaires n'est plus accepté (au pluriel), c'est un monde !!
J'ai du le troquer pour un "comme en terre".
Mais vu que le code est imunges...

Rose Chiffon a dit…

Le blog-moucharabieh se porte néanmoins très bien. Un coup je te vois un coup tu repasseras, et des oeuvres tellement agréables à lire, oui c'est un émerveillement.

Minie a dit…

Et Rose Chiffon remet avec brillo les pendules à l'heure, le compteur des comment taire reprend sa course au bon endroit, on dira que tu es bénie des lieux.
exqfrob, tout un programme !

pollinemoineau a dit…

magnifiques ces sculptures métalliques, quelle artiste, et puis vos mots en plus...je me régale...

madame de K a dit…

Une pelle pour enterrer mes bonnes idées ? ;-)

Minie a dit…

... ou pour les déterrer Mme de K ! ;-)

Eudoxie a dit…

Cette fille doit être folle, mais je trouve le résultat splendide splendide

Sonja♥ a dit…

Moi qui travaille dans l'industrie de l'énergie, des pipelines et autres tuyeaux, j'en vois tous les jours (en image)! Si seulement, ils ressemblaient à ces merveilleuses dentelles!!!!
Magnifique, époustouflant, halucinant:)

Ptilou a dit…

Bel objet et joli détournement. mais quoi faire avec le rateau ?

Minie a dit…

Le râteau... vaste question !
D'abord, c'est mieux de ne pas s'en prendre un !
Ensuite... pour peigner la girafe peut-être !?

Anne a dit…

Je ne comprends plus rien... Je suis passée hier, me disant, mais que devient Minie ? Et là, dépitée, j'ai vu un blog à l'abandon depuis les 100 papiers. Je me suis posé plein de question, sur la vie, la disparition des lieux fréquentés avec plaisir, avec regret. Et puis des questions sur la vie des tenanciers de ces fameux blogs abandonnés. Que devenaient-ils, que leur était-il arrivé ?
Et puis, ton message du jour, un petit tour pour venir te voir, et tout tout plein de belles choses toutes neuves sur ton blog pas abandonné du tout...
J'ai du passer dans l'espace temps, zapper des mois, je ne sais pas. Quoi qu'il en soit, je suis heureuse de te retrouver Minie !
Anne

Minie a dit…

Oui c'est curieux, parce que j'ai recommencé à poster sérieusement en début de semaine dernière, avec un décalage certes dans les dates mais quand même, pas à ce point là ! Encore un coup du lutin Blogger ?
'imorysil' dit-il plus bas... oui, sûrement un de ses tours de passe-passe !

 
[]