lundi 7 septembre 2009

Mariette

Silhouettes débordantes, troublantes d’intensité humaine, sensuelles et pourtant difformes, fascinantes et dérangeantes tout à la fois, comme de possibles enluminures...
Car le Beau n’est rien d’autre que ce début de l'horrible qu’à peine nous pouvons encore supporter,
et nous le trouvons beau parce qu'impassible il se refuse à nous détruire; tout ange est terrifiant.
R.M. Rilke - Première Elégie de Duino

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
« Ont-elles une âme ? S'éloignent elles, ou volent elles à notre rencontre ?
Parfois ce sont des anges monstrueux au corps intact et sans anomalie physique, qui fixent obstinément la réalité, d'autres brillent d'un rire mortel. Mes poupées me ressemblent, elles sont toujours malades de quelque chose et proche du danger comme celui de la naissance ; elle aussi est périlleuse et dangereuse. Elles engendrent des questions, à ces questions correspondent des réponses, mais il n'y a aucun lien entre la question et la réponse. Elles évoluent dans un univers mythologique bouillonnant, et dans lequel vivent pêle-mêle des saints chrétiens, des dieux païens, des héros historiques, des filles- mères, des tyrans, des vampires.
...

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Ce sont parfois de petits scarabées, des scarabées de cœur, indispensables au passage sur l'autre rive, prenant l'apparence d'un cœur mais bien plus fréquemment celle d'un scarabée.

Elles véhiculent la nostalgie de la terre virginale, uniformément blanche, couleur symbolique de pureté et de paix et comme les scarabées elles sont porteuses de messages. Leurs yeux fermés sont rivés vers un ailleurs inaccessible.
Elles sont des intercesseurs entre le visible et l'invisible, et racontent l'amour, la mort, l'enfantement mais aussi la haine.
Elles sont l'objets de mon amour. »
Mariette
Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtreCliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
« Dans une galerie de portraits, qui tient du livre pieux de jadis et de l’inventaire de momies, l’artiste de Saint-Laurent-du-Pont dérange et émeut. Ne serait-ce que par son postulat : "j’ai eu trois enfants que j’aime, et je me suis rendu compte que j’avais été frustrée de ne pas avoir vécu leurs naissances. Il me fallait exprimer cette douleur, ce manque cette frustration".
Comme un vertigineux prolongement du plus fascinant et du plus énigmatique des processus biologiques, Mariette a ainsi créé sept cents figurines de femmes qui contiennent toutes, en elles-mêmes, au-delà des blessures et des déchirures, une promesse de vie. C’est sur le fond ténébreux des pages d’un album pour le moins singulier qu’on découvre la reproduction de ce petit peuple de tissus et de cordelettes, de rubans et de médailles, de statuettes démembrées et de fragments de tableaux anciens. Un peuple qui a manifestement valeur d’exorcisme pour sa conceptrice et qui nous parle d’un autre monde, entre envoûtement et terreur, entre blasphème et vénération. »
Didier Pobel

Cliquer pour agrandir dans une nouvelle fenêtreComment ne pas penser à Die Puppe d'Hans Bellmer et à la relation qu'il fait entre l'anatomie et l'écriture dans sa Petite anatomie de l'inconscient physique.
«Le corps est comparable à une phrase qui vous inviterait à la désarticuler, pour que se recomposent, à travers une série d'anagrammes sans fin, ses contenus véritables
Hans Bellmer a traqué jusque dans le langage les principes sur lesquels il fonde ses découvertes de "l'inconscient physique", témoin ce ROSE AU COEUR VIOLET, merveilleuse suite de phrases anagrammatiques élaborées avec Nora Mitrani :
Se vouer à toi ô cruel
A toi, couleuvre rose
O, vouloir être cause
Couvre-toi, ô la sucrée
Va où surréèl côtoie
O, l'oiseau crève tour
Vil os écoeura route
Coeur violé osa tuer
Sueur à voile courte - écolier vous a outré
Curé où Eros t'as violé - où l'écru osera te voir
Où verte colorisée sua - cou ouvert sera loi

6 commentaires:

Madame Alfred a dit…

C'est magnifique . Merci pour cette découverte .

lothogancho a dit…

Très inquiétant. Corps paradoxaux, ligotés mais comme destinés à concentrer une énergie étrange... C'est beau et dérangeant.

Minie a dit…

Inquiétante étrangeté, assurément.
Qui as-dit : le beau est le commencement du terrible !? Rilke... ?

Anonyme a dit…

C'est drôle, sur votre blog découvert par hasard, je trouve ma meilleure amie Mariette, grande artiste et ma mère citée Claude Fromenty, grande artiste aussi et plein d'autres gens que j'admire...
Du coup, je voudrais savoir qui vous êtes aussi car nous avons des gouts en commun!

http://carolefromenty.carbonmade.com/

Rose Chiffon a dit…

Je ne sais pas qui l'a dit mais on dirait que c'est vrai dans les deux sens et je me demande comment j'ai fait pour rater ce post. Septembre, il faut croire :)
Bon. Tu n'a pas droit aux anagrammes. Change une seule lettre en gardant leur place aux trois autres. Je suis sûre que tu trouveras :)

sab a dit…

merveilleuse decouverte pour moi . Merci

 
[]